Quelques jours chez ...  AUTODROME  Paris



Cette chronique est un aperçu de l'activité ordinaire d'AUTODROME, laquelle est parfois plutôt...extraordinaire !

 

 

 

Mars 2020

 

L'épidémie actuelle nous a fait entrer dans une période difficile, à affronter résolument, de manière solidaire et avec tous les moyens dont nous disposons. Dans un contexte de manque ressources en matériel médical et en personnel qualifié face à la montée de la contamination, chacun doit agir avec prudence pour éviter la contagion de soi et des autres tout en conservant des conditions de vie acceptables. Pour les déplacements, dans les cas autorisés, rien n'empêche cependant de s'offrir le plaisir de rouler si on le peut dans une automobile ancienne, dont le charme et le pouvoir d'évocation peuvent contribuer à garder bon moral, ce qui est essentiel dans une telle situation.

 

Aller faire ses courses alimentaires en Lamborghini Countach : pourquoi pas ? La revue Auto-Rétro publie ce mois-ci une lettre d'un lecteur qui possède une Countach 5000 QV depuis 1994 ; elle avait alors 11.000 km. Depuis, il ne cesse de savourer sa conduite, sans modération, puisque la voiture totalise aujourd'hui plus de 200.000 kilomètres sans souci. Un bon exemple pour ceux qui craignent un quelconque manque de fiabilité de ce type de moteurs...

 

 

 

Ravitallement pour la Countach LP400 dite "Mardikian" (à toit Targa), longtemps propriété d'Autodrome

S'agit-il d'une sortie pour achats alimentaires en nocturne ? Non, cette photo a été prise en 2010

alors que nous conduisons cette voiture pour l'exposer à Rétromobile

 

 

Une des deux CD-Panhard du Mans 1964 sur le périphérique parisien ? Oui, bien entendu : elles furent toutes deux légalement immatriculées

Nous avons exposé celle-ci (#64/1) à Rétromobile en 2009. Ce trésor du XXème siècle a été recompensé au dernier Concours de la Villa D'Este

 

 

En Aston-Martin DB6 dans un Paris désert ? Si vous avez ce privilège, voilà qui modifie la perception de cette période éprouvante,

surtout si vous faites partie des personnels de santé qui sont les plus exposés et dont il faut saluer le courage et le dévouement

Pour résister aux vents contraires, tenir bon mentalement est essentiel tout comme l'entr'aide et les soins à donner

 

 

 

La vie continue pour toutes les activités qui sont encore praticables. Ces circonstances, pour inquiétantes qu'elle soient surtout pour les plus fragiles, comportent aussi quelques aspects positifs. Par exemple, la consommation effrenée de biens souvent superflus s'est nettement ralentie, ce qui fait gagner du temps à consacrer à nos proches, à la lecture, à la musique, au dessin, à la conversation, à la réflexion aussi ; certes cela signifie des conséquences considérables pour l'économie et les travailleurs, salariés ou indépendants, dont la source de revenus se tarit. Il faut espérer que nos gouvernants assureront le nécessaire à chacun, besoins de la vie courante, aliments, soins, instruction, et tireront des conséquences de cette grave crise pour réviser la priorité trop souvent donnée aux profits et aux calculs financiers, au détriment de ce qui est la raison d'être de toute société civilisée : garantir à tous des ressources suffisantes pour une vie paisible, la santé, le bien-être et l'éducation, entre autres. Cette épreuve changera-t-elle le paysage politique et les programmes des partis ? Cela n'est pas impossible.

 

 

 

"Rue Courbe", quoi de mieux pour une voiture étroitement issue de

la compétition ? (Matra Djet VS, 1966, Collection Autodrome)

 

 

Février 2020

 

Les recherches historiques sur le passé d'une voiture ancienne sont généralement longues et réservent souvent des surprises. Nous avons retrouvé dans nos archives ces photos de la Monte-Carlo Lamborghini Centenaire à moteur V12 Countach QV, prises dans la cour de l'usine Lamborghini au début des années 90. Ce premier exemplaire a en effet appartenu à Lamborghini, avant d'être restitué à Fulvio Ballabio, son concepteur. Il est aujourd'hui la propriété d'Autodrome Paris.

 

L'étrange destin de cette fantastique GT, la première au monde à coque et carrosserie en carbone, a pris un tournant lorsque le constructeur de Sant'Agata a suspendu la fourniture de son moteur V12. Ce propulseur magique, couplé à une construction ultra-légère typée course faisait de la voiture monégasque un challenger sérieux pour les super-sportives de l'époque, aussi bien la Diablo que la Ferrari F40, dont le châssis bien que renforcé par des panneaux de carbone, était encore traditionnel, tubulaire. Lamborghini, alors en proie a des difficultés, a-t-elle craint une concurrence gênante ? Impossible à dire, même avec le recul du temps.

 

En tous cas, Fulvio Ballabio, fondateur de la marque, inspiré par son expérience de pilote (Le Mans, F1, Indy, et bateaux de course), avait recherché le plus haut niveau de performance et de technique.

 

 

 

La Monte-Carlo Lamborghini à l'usine de Sant'Agata. C'est la première GT au monde à offrir une coque en carbone comme les voitures de compétition

C'est logique, son créateur F. Ballabio est un pilote. Il obtint notamment une cinquième place aux 24 H du Mans 1986.

A droite, l'équipage Clay Regazzoni, Henri Pescarolo et Fulvio Ballabio aux 4 heures de Monza 1996

 

 

 

Deux Monte-Carlo Centenaire furent engagées pour le Mans 1993 : lors des essais préliminaires, elles furent l'objet d'une grande curiosité. A ce jour, on n'a toujours pas établi avec certitude l'identité réelle des financiers Georgiens ayant acquis le droit d'engager les voitures en compétition, droit cédé par Fulvio Ballabio alors en difficulté financière. Le nom d'Alexander Marianishvili a souvent été cité, sans confirmation probante. Il faut rappeler qu'à l'époque la Géorgie venait tout juste d'acquérir son autonomie, et les hommes d'affaires derrière ce projet ne tenaient peut-être pas à faire trop de publicité sur leur enrichissement rapide. Sur les deux voitures, renommées "MIG" pour la circonstance, l'une avait conservé son V12 Lamborghini Countach, tandis que l'autre utilisait un tout nouveau moteur bi-turbo conçu par Motori Moderni et le célèbre Ingénieur ex-Ferrari Carlo Chiti...

 

 

 

 

 

 

Le Mans fut une tentative non concluante faute de préparation, avec tout de même un record de 354 km/h enregistré sur les Hunaudières

L'une des deux "MIG"-Monte-Carlo participa ensuite aux 6 heures de Vallelunga 1993, avec Ballabio, son constructeur, au volant

 

 

Les relations entre Lamborghini et Monte-Carlo Automobile se poursuivirent plusieurs années après la présentation de la Centenaire V12 en 1990. Ainsi ce courrier daté de 1994, et signé par Daniele Audetto ex-Directeur de la Scuderia Ferrari, et qui dirigeait alors Lamborghini Engineering - en charge du développement de moteurs de course notamment en F1 (Ligier, Larrousse, Lola). Tout en soulignant l'incertitude sur le devenir de la firme, Lamborghini donne son accord pour fournir un "mock-up" (maquette / gabarit) du moteur F1, afin que Monte-Carlo Automobile l'utilise pour concevoir sa future voiture destinée au Championnat GT...Le projet était lancé mais ne se concrétisa pas.

 

 

 

 

Passionnants documents d'archive sur l'aventure Monte-Carlo Automobile

 

 

L'autre document ci-dessous est relatif à l'engagement pour le Mans 1993 : on voit que le nom de Ballabio figure en premier, suggérant une présence plutôt discrète des hommes d'affaires Géorgiens. A noter que la confirmation de l'engagement est envoyée le 4 mai, les essais devant se tenir le 16...un temps de préparation à l'évidence très court. Des années plus tard Monte-Carlo Automobile, toujours dirigée par Fulvio-Maria Ballabio, commença à developper des voitures de course très spéciales exploitant les carburants alternatifs et écologiques, GPL, hydrogène et alcool. Plusieurs prototypes de GT routières dérivées des modèles de compétition ont été présentés dans les années 2000.

 

 

 

 

Différents prototypes de recherche et de compétition développés par MonteCarlo Automobile

En bas, la GT destinée à une production en très petite série ; le cockpit est inspiré du motonautisme

 


 

 

La Lamborghini Pregunta V12 exposée à Sant'Agata au Musée de l'usine Lamborghini

 

 

 

 

Après sa certification par le Polo Storico, gardien du temple de l'histoire de la marque, l'extraordinaire prototype Pregunta, qui n'existe qu'en un seul exemplaire, est désormais offert à la curiosité du public en bonne place au Musée de l'usine Lamborghini. Nous avons acquis voilà quinze ans ce concept-car qui marqua en point d'orgue l'histoire de Lamborghini "italienne". Quelques semaines après sa présentation à Paris en 1998, la marque légendaire, après des années flamboyantes, inoubliables, marquées de crises terribles, changeait de propriétaire, et le projet était arrêté. Heureusement ce spectaculaire Speedster, revendiquant 530 ch et 333 km/h est demeuré intact - et l'esprit automobile qu'il illustre est tout aussi vivant aujourd'hui.

 

Nous l'avions piloté avec délice sur le circuit de Spa-Francorchamps à l'occasion d'une démonstration placée sous le signe de la passion Lamborghini. Il convient de préserver soigneusement une telle automobile qui représente un fragment d'Histoire du XXème siècle. Le dessin de la carrosserie, à la fois parfaitement abouti, mature, et cependant radical et révolutionnaire, est signé du grand créateur Marc Deschamps, le successeur de Marcello Gandini comme directeur du style chez Bertone. Ces lignes ont d'ailleurs depuis inspiré plusieurs "super cars" célèbres, à commencer par la Bugatti Veyron. Le crayon du styliste est parvenu a marier les courbes souples des automobiles classiques des années soixante avec des plis discrets, évoquant, mais en la dépassant, l'esthétique des années 70 et 80. Le résultat est à la fois voluptueux et agressif, maîtrisé et spectaculaire.

 

 

 

La Pregunta prend de la vitesse devant les stands de Spa-Francorchamps

 

 

 

 

 

Janvier 2020

 

Touring

 

Chaque passionné d'automobile a sa personnalité et ses préférences: les uns roulent aussi souvent que possible avec leur "classique", sans se laisser dissuader par le froid, la pluie ni même la neige ; d'autres participent à des compétitions sur piste ou sur route, certains s'efforcent de peaufiner un "état Concours" idéal et scrupuleusement conforme à l'original, ne sortant la voiture du garage - par beau temps - que pour de belles occasions de rencontres ou rassemblements, d'autres enfin s'attachent à la patine, ces empreintes émouvantes laissées par les années et les kilomètres sur une véritable machine à voyager dans le temps.

 

L'un des plaisirs les plus recherchés par beaucoup est le "touring", expression qui désigne les déplacements essentiellement orientés vers le dépaysement et le goût de conduire, en prenant le temps d'admirer la nature, de découvrir des endroits pleins de charme et d'histoire, de faire halte dans un village, près d'une rivière ou d'une colline et de savourer ce qui fait le goût de la vie : échanger avec les autres et découvrir paisiblement le monde autour de soi, s'enrichir de paysages, d'histoire et de culture. Comme certains philosophes nous l'ont enseigné, le chemin - la route - est parfois aussi important que la destination. Une belle automobile ancienne est bien plus qu'un moyen de transport, elle colore, éclaire et enchante les parcours que l'on fait à son bord. Le simple fait de mettre son sac dans le coffre (très réduit sur certaines !), de tourner la clé de contact, de laisser chauffer un peu la mécanique, sont des plaisirs simples et qui se renouvellent à volonté. On garde de ces voyages des souvenirs précieux, et chaque voiture leur donne un caractère différent.

 

 

 

La nature aux alentours de Saint-Raphaël (Var).

 

Lamborghini Countach LP400 à Paris et à Fontainebleau, à l'époque propriété de Neldo Levy (Autodrome)

Certainement l'une des plus fascinantes voitures de tous les temps, irrationnelle et fantasmatique

 

 

 

Paysages dans la région de Cervo, le long de la côte Ligure (Italie)

 

Ferrari 250 GT Lusso et 250 Coupé PininFarina préparée compétition (ex-Autodrome), deux chefs d'oeuvre dans l'histoire de la marque

 

L'expression "caffé coretto" signifie, café corrigé...avec un trait de grappa, alcool fort italien issu de la vigne

 

Photos prises dans le Gard ; il s'agit de l'une des rarissimes Djet VS préservées en état d'origine (Collection Autodrome)

 Un demi-siècle n'a fait que révéler la justesse aérodynamique et la pureté de ce dessin, apparu aux 24 H du Mans en 1962

 

Région d'Aix-en-Provence, colline de la Sainte-Baume

 

 

Aston Martin DB4, Lancia Flaminia Zagato, partout, ces voitures sont admirées comme des oeuvres d'art mobiles

 

 

 


D'autres jours chez Autodrome : 2019 ... 2018... 2017 / 2016 / 2015 / 2014 / 2013 / 2012 / 2010-11 / 2008-9 / 2006-7 / 2003-5 / 2001-2  

L'aventure Autodrome a commencé dans les années soixante, lorsque les frères Levy, passionnés d'automobiles sportives commencent à acquérir leurs premiers "pur-sang", Facel-Vega Facellia,

Alfa-Romeo Giulietta, R8-Gordini, Lotus Elan, Lotus Europe, Maserati Mexico, puis Ferrari et Lamborghini, Aston-Martin, Lancia...

Neldo Levy (Autodrome Paris), et sa première Ferrari

Michel Levy dans les années 80, avec la Miura S blanche de la collection familiale

 

Tel. +33 (0)630 096 491 ou  +33(0)686 699 827 Fixe : +(0)1 45 31 12 49 - Livraison France et international  - English website:

LISTE COMPLETE : AUTOMOBILES CLASSIQUES DISPONIBLES - 极为罕见古董

Votre auto à vendre ? Nous achetons Lamborghini, Ferrari, Lotus Europe S1, Maserati, De Tomaso Mangusta.

Quelques automobiles que vous auriez pu acheter chez Autodrome Paris ou Autodrome Cannes...